Le Maroc est un beau pays. Il est surtout impitoyable et sans merci à l’encontre de ses habitants (le terme citoyen serait excessif et carrément mensonger dans le contexte local). Dernier exemple en date, cette expropriation et destruction de 30 habitations.

Il s’agit d’une trentaine de familles (pauvres faut-il le rappeler) du Douar Moulay Jaafar a.k.a. Douar Ichou au village de Chouiter dépendant de la commune rurale de Alouidane pas loin de Marrakech.

Leur problème: elles habitent sur un terrain soumis à expropriation. L’expropriation publique, faite par la commune, doit en fait bénéficier au promoteur immobilier Alliance Darna du Groupe Alliances de Alami Lazraq.

La procédure d’expropriation est relativement complexe au Maroc, et soumise à la loi n° 7-81. Le recours au juge est sauf exception une étape obligée.

Le juge est le seul à pouvoir prononcer l’expropriation et à en fixer l’indemnité. Quand on est un Marocain ordinaire surtout en zone rurale, se faire assister par un avocat relève d’un luxe. Ici, les 30 familles du Douar Moulay Jaafar ont certes un avocat, mais inerte et absent.

La publicité est assurée selon les articles 8 à 10 de la loi par la publication au Bulletin officiel et l’affichage dans les bureaux de la maison communale. Je vous laisse juger de l’efficacité de tels moyens de diffusion, sans notification individuelle aux intéressés.

Ici donc, au Douar Moulay Jaafar, caïd, gendarmes et représentants de Alliance Darna sont venus le 15 novembre accompagnés de bulldozers pour exproprier les habitants, qui ne sont pas en mesure de s’assurer que la procédure légale a été suivie. Leur avocat ne répond pas.

Voici (voir photo) le résultat des bulldozers à l’oeuvre, détruisant les habitations principales de familles pauvres à la rue, enfants compris, sans abri, un 15 novembre alors que les nuits sont glaciales.

Reste une maison d’habitation non démolie, occupée par une femme malade et âgée. Son fils, ayant essayé de s’opposer à la démolition de sa maison, a été arrêté et emprisonné. Aujourd’hui, le 29 novembre, les autorités passent à l’offensive pour déloger et détruire ce qui reste.

Les familles qui restent se sont résignées et certaines ont déjà posé leurs affaires dans la rue boueuse pour éviter de tout perdre.

Voici le genre photo plus représentative du Maroc que les selfies avec rappeurs ou kick-boxers.

Ibn Kafka

Source : Twitter

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *