Que s’est-il passé à la Mamounia ? – L’affaire a suscité la colère de Jacques Chirac.

L’affaire a suscité la colère de Jacques Chirac. Les ministres en font, depuis quelques semaines, des gorges chaudes. Et sur les bancs de l’opposition, à l’Assemblée nationale, on s’amuse à susurrer sur le passage de Philippe Douste-Blazy, “Mamounia ! Mamounia !”

Que s’est-il donc passé dans la chambre 312 de la Mamounia, hôtel de luxe de Marrakech, le 31 décembre ? “Une violente dispute, comme il en arrive dans tous les couples”, affirme aujourd’hui Philippe Douste-Blazy. Le ministre, en vacances dans l’établissement – une propriété de l’Etat marocain très courue du Tout-Paris des affaires et de la politique – reconnaît s’être violemment disputé ce soir-là avec sa compagne, la productrice de télévision Dominique Cantien.

Un différend peu discret, puisque des voisins du couple, au troisième étage de l’hôtel, ont pu en suivre les péripéties et voir le ministre et sa compagne, légèrement vêtus, s’invectiver dans le couloir.

L’histoire a aussitôt fait l’objet d’un rapport des services de sécurité au ministère de l’intérieur, mais aussi à l’ambassade de France à Rabat qui en a informé l’ambassadeur, Philippe Faure, alors en vacances dans l’océan Indien, lequel en a rendu compte à Matignon et à l’Elysée.

L’affaire aurait pu suffire à irriter largement le président de la République : le ministre des affaires étrangères ne doit-il pas présenter une image irréprochable, notamment en territoire étranger ?

Mais Le Canard enchaîné, qui a révélé l’histoire le 23 mars, y a ajouté un élément plus délicat : la dispute aurait occasionné pour 30 000 euros de dégâts. “Une facture que le palais royal a aussitôt réglée à la Mamounia”, assure l’hebdomadaire satirique.

“C’est faux, s’insurge M. Douste-Blazy, il n’y a eu aucun dégât – ou peut-être juste un cendrier – et j’ai payé ma note de 2 467,33 euros avec ma carte de crédit !”

Le directeur de la Mamounia, Robert Bergé, en retraite depuis quelques semaines, affirme pour sa part, être allé “contrôler lui-même la chambre après le départ du ministre, puis de Mme Cantien en fin de matinée. Un cadre de tableau avait été déplacé en tombant et il y avait quelques traces de couleur sur les murs. Mais rien d’important. La chambre a été réattribuée le jour-même.”

L’ex-ambassadeur à Rabat, Philippe Faure, nommé depuis secrétaire général au Quai d’Orsay, remarque : “30 000 euros ? Mais il faudrait défoncer la salle de bains au marteau piqueur pour atteindre cette somme.”

Le rédacteur en chef du Canard enchaîné, Claude Angéli, qui a révélé l’affaire, montre en tout cas deux lettres reçues par son journal. Les deux missives “toutes deux datées du 23 mars et écrites sous l’impulsion du roi et de son conseiller André Azoulay”, affirme-t-il, émanent du nouveau directeur de la Mamounia, Mohamed Chab, et de l’ambassadeur du Maroc à Paris, Fathallah Sijilmassi. Elles réfutent toutes deux la version du Canard : il n’y a eu aucun dégât et le palais royal n’a pas réglé la facture de M. Douste-Blazy, qui venait à titre privé, expliquent-elles. Mais M. Angeli, qui assure disposer d'”une très bonne source”, persiste, tout en reconnaissant n’avoir en sa possession aucune facture du palais royal.

Le ministre des affaires étrangères, très inquiet des effets de ce petitscandale, a consulté son avocat, Olivier Metzner, sur l’opportunité de poursuivre l’hebdomadaire.

Jusqu’à aujourd’hui, il y avait renoncé. Mais il assure s’interroger sur “l’identité de ceux qui veulent (le) déstabiliser.”

Source, 27 avril 2006

Dominique Cantien, l’ex de Douste-Blazy : “Luc Ferry a pété un câble”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *