El Adli Fatma, membre de la délégation marocaine qui a participé à la table ronde de Genève a été filmée en flagrant état de quémander les faveurs du Président de la Municipalité de Smara, Mohammed Joumani.

« Je te jure par Dieu, mais toi tu m’as donné aucune place, je te le dis sincèrement ». En d’autres termes, elle veut être payée pour ses services à l’administration coloniale marocaine.

Selon certaines informations, elle touchait la moitié d’une « cartilla », l’équivalent de 1000 dirham.

El Adli ne fait pas partie des contingents embrigadés par le Maroc dans le but de leur inclure dans le corps électoral qui devait être identifié et approuvé pour les votes du référendum sur l’avenir du territoire du Sahara Occidental. Elle est originaire de la ville de Tan-Tan.

Les autres membres de la délégation, Ould Errachid et Ould Yenja, n’ont pas besoin de quémander les faveurs du Makhzen. Ils ont plein les poches depuis belle lurette. La fortune ammasée avec l’occupant marocain leur a permis de mener une vie de rêve et de s’attacher au service de leur maître et bourreaux de leur peuple, les autorités de Rabat.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *